Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les illuminatis construisent un batiment à la Mecque en forme de Fuck you contre les musulmans et Allah !

   Ce bâtiment construit sur un lieux saint donc qui appartient à tous les musulmans n'as été décidé que par les Séoud des suédois agents des anglais infiltrés en Arabie !

L'ensemble a été construit à l'emplacement de la forteresse d'Ajyad, un ancien fort de l'époque ottomane datant du xviiie siècle, qui a été rasé sur ordre du gouvernement saoudien deux ans avant le début des travaux, en 2002. En outre, la colline sur laquelle cette fortification était bâtie, la montagne de Bulbul, a également été rasée.

Le coût du projet est estimé à 1,6 milliard de dollars.

La plus haute de ces tours, la Makkah Clock Royal Tower mesure 601 mètres de haut, ce qui en fait (en 2016) la quatrième plus haute construction au monde après la Burj Khalifa de Dubaï (829 mètres), la Tokyo Skytree (634 mètres) de Tokyo et la tour Shanghai (632 mètres). L'édifice, qui abrite un hôtel, a ouvert ses portes en 2010.

Cet hôtel est surmonté d’une horloge six fois plus grande que celle de Big Ben, à Londres : d’une quarantaine de mètres de diamètre, l’horloge serait visible jusqu’à 17 km à la ronde, de nuit, et jusqu'à 11 à 12 km à la ronde le jour2.

La construction de ce gratte-ciel dans un endroit aussi saint pour les musulmans a créé de nombreux ressentiments vis a vis de la famille royale saoudienne, et de ce pays en général, dans le monde musulman. De nombreux croyants envers l'Arabie saoudite, à laquelle on reproche d'avoir défiguré la Mecque, ou encore d'avoir "souillé" le lieu le plus saint de l'Islam.

L'architecte est la société libanaise Dar Al-Handasah.L'architechte est un illuminati américain proche des Bush le même de que la tour ground zero !

 

Lorsque Malcom X visita la Mecque en 1964 il fut enchanté. Il trouva que la ville était « aussi ancienne que le temps lui-même » et écrivit que l’extension – partiellement construite – de la Mosquée Sacrée « surpassera les beautés architecturales du Taj Mahal ».

Cinquante ans plus tard personne ne pourrait décrire la Mecque comme étant ancienne ou même associer la notion de beauté à la ville la plus sainte de l’Islam. Les pèlerins qui effectueront le hajj cette semaine pourront chercher en vain des traces de l’histoire de la Mecque.

Le site architectural dominant de la ville n’est plus la Mosquée Sacrée où se trouve la Kaaba, le centre symbolique de tous les musulmans du monde. C’est maintenant l’odieux hôtel « Makkah Royal Clock Tower » (la tour de l’horloge royale de la Mecque) qui, du haut de ses 600 mètres, fait parti des bâtiments les plus hauts du monde. Il fait parti du développement gigantesque de gratte-ciels qui comprend des centres commerciaux de luxe et des hôtels-restaurants  pour les très riches.  L’horizon n’est plus dominé par la silhouette imposante des pics qui entouraient la ville. Les anciennes montagnes ont été aplanies. La cité est maintenant entourée par des structures en béton et en acier rectangulaires, un amalgame entre Disneyland et Las Vegas.

Les « gardiens » de la Ville Sainte, les dirigeants de l’Arabie Saoudite et les religieux qui les accompagnent  ont une haine profonde de l’histoire. Ils veulent que tout ait l’air neuf. Pendant ce temps, les sites se multiplient pour accueillir le nombre croissant de pèlerins, près de 3 millions aujourd’hui (contre 200 000 dans les années 60).

La phase initiale de la destruction de la Mecque commenca dans le milieu des années 1970 et j’en fus témoin. D’innombrables bâtiments anciens, y compris la mosquée Bilal, datant de l’époque du Prophète Mohammed, ont été rasés. Les vieilles maisons Ottomanes, avec leurs élégants moucharabiehs et leurs portes minutieusement sculptées, furent remplacées par d’hideuses maisons « modernes ». Au fil des années, la Mecque fut transformée en une ville « moderne » avec de larges routes à plusieurs voies, des échangeurs autoroutiers en forme de spaghetti et des hôtels et centres commerciaux tape à l’oeil.

Les quelques bâtiments et sites à portée religieuse ou culturelle restant furent détruits plus récemment. On estime que la tour de l’horloge royale de la Mecque, achevée en 2012 fut bâtie sur les décombres de 400 sites d’importance religieuse et culturelle significative, comprenant des bâtiments vieux d’un millier d’années. Les bulldozers arrivaient dans le milieu de la nuit, déplaçant des familles implantées là depuis des siècles. Le complexe se situe sur le lieu où se trouvait la forteresse d’Ajyad, qui fut bâtie aux alentours de 1780 pour protéger la Mecque des bandits et des envahisseurs. La maison de Khadijah, la première femme du Prophète Mohammed, fut transformée en un bloc de toilettes publiques. L’hôtel Hilton de la Mecque a été construit sur la maison d’Abou Bakr, le plus proche compagnon du Prophète et premier Calife de l’Islam.

A part la Kaaba elle-même, seul le noyau interne de la Mosquée Sacrée a pu conserver son authenticité. Il se compose de colonnes de marbres finement sculptées, ornées de calligraphies des noms des compagnons du Prophète. Construite par une succession de sultans Ottomans, les colonnes datent du 16ème siècle. Et pourtant il est là encore prévu de les démolir, avec l’ensemble de l’intérieur de la Mosquée Sacrée pour le remplacer par un bâtiment en forme de beignet ultramoderne. 

Le seul autre bâtiment encore existant ayant une signification religieuse dans la ville est la maison où le Prophète Mohammed a vécu. Pendant la majeure partie de l’ère Saoudienne elle fut utilisée comme marché de bétail pour être ensuite convertie en bibliothèque, non ouverte au publique. Mais même cela est de trop pour les responsables religieux Saoudiens qui n’ont eu de cesse de demande sa démolition. Les responsables religieux craignant qu’une fois à l’intérieur, les pèlerins veuillent prier pour le Prophète plutôt que pour Dieu – un péché impardonnable. Ce n’est donc qu’une question de temps pour que la maison du Prophète soit rasée est transformée, probablement, en parking.

La dévastation culturelle de la Mecque a radicalement transformé la ville. Contrairement à Bagdad, Damas ou le Caire, la Mecque ne fut jamais le centre intellectuel et culturel de l’Islam. Mais elle fut toujours une ville pluraliste où les débats entre les différentes interprétations et écoles de pensée de l’islam n’étaient pas inhabituels. Elle est maintenant réduite à une entité religieuse monolithique où seulement une interprétation - anhistorique et littéraliste – de l’Islam est autorisée, et où toutes les autres interprétations, en dehors de la marque « salafiste » de l’Islam Saoudien, sont vues comme de fausses religions. En effet des fanatiques menacent fréquemment les pèlerins des autres  écoles de pensées. L’année dernière un groupe de pèlerin chiites du Michigan fut attaqué au couteau par des extrémistes et, ce qui a conduit en août une coalition de groupes d’américains musulmans à écrire au département d’état pour demander une protection durant le hajj de cette année.

 

Partager cet article

Repost 0