Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIRUS EBOLA

1. Historique et actualité de l’apparition du virus

2. Ebola, virus artificiellement crée comme arme de Bioterrorisme ?

(Extrait de KEMI SEBA:VIRUS EBOLA, BIOTERRORISME, L’AFRIQUE ET LE MALTHUSIANISME, BIEN VENU DANS LE MONDE RÉEL)

Au cours du mois de février 2014, une nouvelle épidémie du virus Ebola a vu le jour dans le sud de la Guinée. Cette épidémie s’est rapidement étendue aux pays voisins. Selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé publié le mardi 12 août 2014, la fièvre hémorragique Ebola a franchi la barre des 1 000 morts, avec 1 013 décès et 1 848 cas dénombrés en Afrique de l’Ouest.La Guinée, le Libéria et la Sierra Leone s’efforcent de maîtriser la flambée du virus. C’est la plus mortelle jamais recensée, transmise par contact direct avec le sang et les fluides corporels de personnes et d’animaux infectés.Compte tenu de sa nature particulièrement dangereuse, ce virus ne peut être manipulé qu’au sein de laboratoires P4, ou BSL-4. Ceux-ci sont conçus pour prévenir les risques de contamination par accident ou à la suite d’actes de malveillance comme le bioterrorisme.

L’immense arnaque de la pandémie ouest-africaine de « fièvre Ebola »

Par Nana Kwame, le 9 octobre 2014

Les gens du monde occidental doivent savoir ce qui se passe ici en Afrique de l’Ouest. ILS VOUS MENTENT!!! Le virus « Ebola » en tant que tel n’existe PAS sur place et n’est PAS en train de « se propager ». La Croix-Rouge a apporté une maladie à quatre pays spécifiques pour quatre raisons spécifiques et elle n’est attrapée que par ceux qui reçoivent un traitement et des injections des mains de la Croix-Rouge. C’est pourquoi des Libériens et des Nigérians ont commencé à virer la Croix-Rouge de leurs pays et à rapporter la vérité dans les informations. Restez avec moi:

LES RAISONS:

La plupart des gens bondissent sur l’idée de « dépopulation », une chose qui est assurément à l’esprit de l’Occident quand il s’agit de l’Afrique. Mais je vous assure que l’Afrique ne pourra JAMAIS être dépeuplée en tuant 160 personnes par jour alors qu’il y a des milliers de naissances quotidiennes. Les vraies raisons sont donc beaucoup plus concrètes.

Raison 1: Cette maladie inoculée par vaccination qui se fait appeler « Ebola » a été introduite en Afrique de l’Ouest dans l’objectif ultime de déployer des troupes sur le sol du Nigeria, du Liberia et de la Sierra Leone. Si vous vous en souvenez nous (les USA, ndlr) étions en train d’essayer d’entrer au Nigeria à cause de « Boko Haram » #FOUTAISES mais c’est tombé à l’eau quand les Nigérians ont commencé à raconter la vérité. Il n’y a PAS DE FILLES QUI MANQUENT. Le soutien international s’est fait la malle, et il a fallu trouver une nouvelle raison pour déployer des troupes au Nigeria pour y voler les nouvelles réserves pétrolières qui viennent d’y être découvertes.

Raison 2: La Sierra Leone est le plus grand fournisseur de diamants au monde. Les mineurs ont été en grève depuis quatre mois, refusant de produire des diamants à cause d’horribles conditions de travail et de salaires de misère. L’Occident ne paiera pas un salaire décent pour ces ressources parce que l’idée c’est de faire que ces gens ne puissent s’offrir que des sacs de riz et recevoir de l’aide étrangère afin de rester des esclaves corvéables à merci, pour toujours. Il fallait aussi trouver une raison pour débarquer des troupes sur le sol de la Sierra Leone pour forcer la fin des grèves des mineurs de diamants. Ce n’est pas la première fois que cela s’est fait. Quand les mineurs refusent de travailler la troupe est sonnée et même s’ils doivent tous les tuer et tous les remplacer, leur seul désir est de voir à nouveau les diamants s’écouler hors du pays. Bien sûr, lancer des campagnes multiples pour envahir chacun de ces pays serait BEAUCOUP trop louche. Mais un truc comme « Ebola » donne l’accès à toute une région d’un seul coup…

Raison 3: En plus de voler le pétrole nigérian et de forcer la Sierra Leone à retourner au fond des mines, des troupes ont aussi été envoyées pour FORCER la vaccination sur ces Africains qui ne sont pas assez stupides pour la prendre volontairement. 3000 soldats sont envoyés pour s’assurer que ce « poison » continue de se répandre, parce qu’encore une fois il ne se répand qu’à travers la vaccination. Tandis que de plus en plus d’articles d’information sont publiés comme celui-ci provenant du Liberia, informant les populations des mensonges et des manipulations US, de plus en plus d’Africains refusent d’aller voir la Croix-Rouge. Les soldats vont contraindre ces gens à la vaccination pour assurer l’apparence visible d’une pandémie d’Ebola. Et en plus ils protègeront la Croix-Rouge de ces Libériens et Nigérians qui ont de plein droit commencé à les expulser de leur pays.

Raison 4: 3000 soldats… Le virus Ebola craint-il les balles? Absurde. Dernière raison mais pas la moindre, l’APPARENCE de cette « pandémie » d’Ebola (si jamais les citoyens US ne comprenaient pas l’arnaque) servira à effrayer d’innombrables millions de personnes pour qu’ils prennent le « vaccin anti-Ebola » qui en réalité EST LA PANDÉMIE. Ils ont déjà commencé avec des histoires affirmant qu’il ait été ramené aux USA et ait fait son apparition à Dallas, que des médecins blancs ont été guéris mais que les Noirs infectés n’ont pas accès au traitement, &c.

Tout ce que cela va faire va être de POUSSER les Noirs à VOULOIR le vaccin, parce qu’il apparaît que « l’antidote » est refusé aux Noirs. Ils vont sortir en masse pour l’obtenir et il y aura de sérieux problèmes. Avec toutes les révélations que nous avons eues à propos des vaccins cette année vous auriez pensé que nous aurions appris la leçon. Tout ce que je peux faire c’est l’espérer, parce qu’ils comptent largement sur notre ignorance pour faire aboutir leurs agendas. Posez-vous la question, si le virus Ebola se propageait vraiment par le contact entre personnes, plutôt que par une propagation contrôlée effectuée par vaccination – alors POURQUOI le CDC (Center for Disease Control, centre anti-épidémie US, ndlr) et le gouvernement US continueraient-ils à autoriser des vols vers et depuis ces pays sans aucun contrôle? Nous devons commencer à réfléchir et à partager l’information globalement parce qu’ils ne nous donnent pas la réelle perspective que vivent les gens ici en Afrique de l’Ouest. Ils mentent pour leur propre profit et il n’y a pas assez de voix là dehors avec la plateforme nécessaire pour aider à partager notre réalité. Des centaines de milliers ont été tués, paralysés et handicapés par ces « nouveaux » vaccins tout autour du monde et nous commençons enfin à en prendre conscience. Maintenant qu’allons-nous FAIRE avec toute cette information?

Source: http://jimstonefreelance.com/ebolie.html vu sur globalepresse.com

Les villageois fuient à la vue d’un camion de la Croix-Rouge; quand un occidental passe, les villageois crient ‘Ebola, le virus Ebola!’ et s’enfuient

« Refusant l’aide internationale du groupe Médecins sans frontières, Mr. Iroundouno poursuiva, « Qu’importe où ces gens sont allés, les communautés ont été touchées par la maladie. » (…) »

Virus Ebola: on vous a menti, la situation est hors de tout contrôle!

Publié le 1 août 2014 par Strategika51

On s’est retrouvé devant un véritable dilemme. Nos sources à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) sont terrifiés par la propagation incontrôlée de la nouvelle souche du virus d’Ebola en Afrique occidentale. Mais en même temps, nous ne voulons pas participer à un quelconque sentiment de panique (laquelle a bien gagné des équipes de l’OMS). Qu’en est-il?

Le Sierra Leone, pays d’Afrique de l’Ouest où le virus a étrangement et subitement réapparu-modifié, vient de déclarer l’état d’urgence pour tenter de faire face à cette épidémie d’un genre nouveau. Nos sources au sein de l’OMS ainsi que des médecins sur site se plaignent d’une sorte de censure établie par des instances internationales visant à cacher au grand public la réalité et l’ampleur de la gravité de la situation, que l’on peut qualifier maintenant de menace biologique de niveau 1.

Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement de l’Ebola. Du moins officiellement. Car des indications laissent entendre que des grandes compagnies pharmaceutiques détiennent beaucoup d’informations sur la première souche du virus tel qu’il est apparu dans la région des Grands Lacs.

Des fonctionnaires internationaux de l’OMS soucieux de garder l’anonymat ont laissé entendre que des recherches de nature indéterminées sur ce virus entreprises par deux puissances ont abouti à la création d’une nouvelle variante de ce virus. Reste à savoir comment et pourquoi il est arrivé en Afrique Occidentale, la partie la plus peuplée du continent africain.

La question qui se pose également est celle-ci: qui a tenté d’utiliser le virus Ebola à des fins militaires? Ceci n’est pas une nouvelle théorie du complot mais des questions que se posent des officiels des Nations Unies en privé. Sur fond d’un gigantesque conflit d’ingénierie économique entre Washington et Moscou, susceptible d’aboutir au retour de la guerre en Europe, la maîtrise de nouveaux vecteurs biologiques en usant et abusant de l’ingénierie génétique est un plus. Sauf que personne n’est capable d’en maîtriser les conséquences. Complot ou pas. Pour l’instant, la situation est hors contrôle. Humains, on vous ment de bout en bout! »

Santé Canada censure le fait que le virus ébola pourrait être aéroporté

« Le mois dernier, cet article mentionnait le fait qu’Ebola pourrait être une arme biologique américaine et que cette soudaine épidémie n’était pas un hasard de la nature. J’y mentionnais le fait qu’une page des services de santé du Canada évoquait la possible transmission d’Ebola par voie aérienne aux humains.

Pour une raison inexpliquée, cette affirmation présente sur leur site depuis au minimum Octobre 2011 a soudainement disparu le 27 Août dernier, soit 20 jours après l’article (peut être même avant car ce passage était toujours en ligne le 22 Août), et qu’il n’y a pas eu de sauvegarde entre les deux).

Heureusement, le web a archivé définitivement ces pages et on peut constater que cette possible transmission a été censurée très récemment. » (…)

Le scientifique qui a développé le traitement expérimental pour Ebola fait des « blagues » sur la dépopulation mondiale

« Truthsteammedia révèle que le Dr. Charles Arntzen, directeur du « Biodesign Institute for Infectious Diseases and Vaccinology » et scientifique qui a dévellopé le traitement expérimental pour Ebola s’amusait en 2012 à faire des blagues sur la dépopulation mondiale lors d’une conférence. Une question lui fut alors posée, à savoir si cela vallait le coup de nourrir 8 milliards de personnes dans le monde ou si une forme de réduction de la population devait être entreprise, ce à quoi il répondit:

« Quelqu’un a-t-il vu le film contagion? C’est la réponse ! Allons y, utilisons le génie génétique pour créer un meilleur virus… 25% de la population est supposé devenir contagieux. » C’est sympa de savoir que des gens aussi bien intentionnés sont sur le coup pour le bien être de l’humanité… » (…)

Ebola eugénisme et Nouvel Ordre Mondial: La guerre bactériologique commencée contre les Amérindiens revient au pays du goulag levant.. (Mohawk Nation News)

(05/10/2014) (…) « En essayant d’amener Ébola ici (en Amérique du Nord), de supposées injections préventives anti-grippe mènent à la maladie et à la mort. Voir la note plus-bas*. L’Ébola fut inventé par l’armée américaine et il est utilisé pour parvenir à établir la loi martiale. Les épidémies, les chemtrails, les camps d’internement de la FEMA, la guerre, la famine et les maladies diverses vont réduire la population. Le VIH/SIDA fut inventé dans leurs labos ici et fut testé sur les Africains. La liste de la guerre bactériologique est extensive » (…)

Suite de l’actualité 2014 EBOLA


Dr Guy Alovor: « La théorie du complot du virus d’Ebola contre les Noirs n’est pas à exclure »

Dossiers, révélations, suspicions …

Un laboratoire d’armes biologiques US en Sierra Leone, à l’épicentre de la flambée de fièvre Ebola : De la Fondation Soros à la Fondation Bill et Melinda Gates

11 Juillet 2014 (source: http://resistanceauthentique.wordpress.com corrigé par Ced)

La Fondation Soros et la Fondation Bill et Melinda Gates sont encore dans le coup. Un laboratoire d’armes biologiques US en Sierra Leone à l’épicentre de la flambée de fièvre Ebola. Un magnifique morceau de propagande : le journal The Telegraph semble préparer le public britannique à une épidémie sous fausse bannière Ebola aux Jeux du Commonwealth qui partirait de Glasgow le 23 juillet.

Le Telegraph enterre un aspect clé de l’histoire – la preuve qu’un laboratoire US d’armes biologiques en Sierra Leone lié à la Fondation Soros et à la Fondation Bill et Melinda Gates est probablement à l’origine de l’épidémie d’Ebola en cours.

Alors que The Telegraph enterre des faits sur l’existence de cet hôpital ou se situe un laboratoire de recherche d’armes biologiques et ne tient pas compte des informations contenues dans les fiches de Contrôle de la Maladie Ebola du CDC qui identifient les hôpitaux comme le lieu où une épidémie d’Ebola est la plus susceptible de se produire, le reporter du Washington Post, Terence McCoy, est entré dans le royaume des contes de fées en blâmant la déforestation pour la flambée actuelle Ebola …

La fiche d’information CDC Ebola admet sur la première page que les cliniques et les hôpitaux sont «souvent» les lieux de manifestations d’Ebola.

La fiche d’information CDC indique également que les tous premiers décès d’Ebola en 1976 ont été causés par « … (contact personnel étroit et par l’utilisation d’aiguilles et de seringues contaminées dans les hôpitaux/cliniques) ».

Dans la deuxième épidémie d’Ebola en 1976 au Soudan tuant 151 personnes, «la maladie a été propagée principalement par contact étroit du personnel dans les hôpitaux», dit le CDC dans un langage qui ne peut pas être plus clair.

McCoy, qui dit qu’il est difficile d’établir une chronologie de cette horrible infection, préfère, cependant, déformer les faits concernant Ebola qui a ses origines dans les hôpitaux, que tout le monde peut lire en ligne, pour exciter la peur chez les lecteurs avec des théories de divertissement.

…… McCoy aspire à créer du suspense comme les meilleurs écrivains de fiction. « Le premier contact se produit souvent dans des communautés rurales reculées où une victime touche un un animal infecté, et les choses empirent rapidement à partir de là. »

…ignorant encore la fiche CDC, qui admet que dans les cas où les êtres humains sont entrés en contact avec des singes infectés dans des centres de quarantaine aux États-Unis, les humains ne sont pas tombés malades ou morts de la fièvre Ebola.

Les populations locales en Afrique de l’Ouest semblent savoir, sans avoir à lire la fiche CDC Ebola, que les hôpitaux et le personnel médical propagent le virus Ebola. The Telegraph rapporte que des personnes brandissant des couteaux ont encerclé un véhicule de la Croix-Rouge en Guinée.

La participation des hôpitaux expliquerait aussi pourquoi le virus Ebola est apparu dans cette partie de l’Afrique pour la première fois et dans de nombreux endroits différents à peu près au même moment.

Étant donné que le CDC admet lui-même que les hôpitaux sont, en fait, la source probable de toute épidémie d’Ebola, la question se pose de savoir quel hôpital spécifique pourrait être à l’origine de l’épidémie d’Ebola en cours?

À l’épicentre de l’épidémie actuelle du virus Ebola se trouve l’hôpital Gouvernemental de Kenema en Sierra Leone, qui abrite un des laboratoires d’armes biologiques de biosécurité niveau 2 des États-Unis avec des liens vers la Fondation Bill et Melinda Gates et la Fondation Soros.

Des scientifiques de biodéfense américains ont travaillé au laboratoire sur les fièvres virales comme le virus Ebola depuis au moins 2011. http://www.nti.org/gsn/article/biodefense-scientists-fight-lassa-fever/

La liste des noms des partenaires et des personnes qui dirigent le laboratoire d’armes biologiques du virus de la fièvre à l’intérieur de l’hôpital public de Kenema se lit comme un appel nominal des organisations du Nouvel Ordre Mondial.

  • Le Consortium est une collaboration entre Tulane, Scripps Research Institute, Institut Broad, l’Université Harvard, l’Université de Californie à San Diego, Université du Texas Medical Branch, auto-immune Technologies LLC, Corgenix Medical Corporation, hôpital public de Kenema (Sierra Leone), Irrua Specialist Hospital enseignement (Nigeria) et divers autres partenaires en Afrique de l’Ouest. … Le Consortium entend étendre ce programme à d’autres agents infectieux importants tels que Ebola, Marburg et d’autres arénavirus qui sont d’une grande préoccupation pour la santé publique et le bioterrorisme « , indique le site du laboratoire d’armes biologiques. http://vhfc.org/consortium
  • Le site admet que le professeur Robert F. Garry « gère actuellement le consortium de scientifiques qui développent des méthodes modernes de diagnostic pour plusieurs agents pathogènes de biodéfense. » http://vhfc.org/consortium/people/garry
  • Dr James E. Robinson « est un chercheur collaborateur dans quatre grands projets de consortiums financés par la Fondation Bill et Melinda Gates. » http://vhfc.org/consortium/people/robinson
  • Dr Pardis Sabeti a reçu des bourses de la bourse Rhodes, la bourse Soros, la bourse en Science L’Oréal Femme, selon le site. http://vhfc.org/consortium/people/sabeti
  • Le cientifique Stephen Gire a des liens avec le CDC et l’armée des États-Unis. Il « a passé du temps dans les Centers for Disease Control and Prevention faisant des recherches sur les maladies infectieuses à transmission vectorielle. Il a ensuite déménagé à compléter une maîtrise en santé publique à l’Université Columbia et une bourse de trois ans avec l’Institut de l’armée américaine de recherche médicale des maladies infectieuses (USAMRIID). Il a étudié les virus comme le virus du Nil occidental, la fièvre dengue, Ebola et la variole du singe, et il organise des formations sur place dans les techniques biologiques pour le personnel de laboratoire dans les pays en développement « . http://vhfc.org/consortium/people/gire

En reliant les points, il est raisonnable de demander une enquête pour déterminer si ce laboratoire d’armes biologiques particulier des États-Unis, à l’épicentre géographique de l’épidémie en court, a effectivement causé cette épidémie.

En 2009, Baxter en Autriche a été pris a contaminer 72 kilos de la grippe saisonnière avec le virus mortel de la grippe aviaire dans son laboratoire de niveau de biosécurité. Il est apparu plus tard à partir de documents publiés sur Wikileaks que Baxter était un bien des États-Unis de défense ou militaire.

Faits et documents, ainsi que le battage médiatique indiquent que des attaques bioterroristes Ebola sous fausses bannières dans les hôpitaux et les cliniques contre des citoyens américains et britanniques utilisant des occasions comme les Jeux du Commonwealth en Écosse afin de semer la panique.

L’objectif est de mettre en œuvre la loi martiale contenue dans les plans en cas d’épidémie et de pandémie et ainsi prendre le contrôle total de la population à un moment où le système financier est proche de l’effondrement.

Traduit par Valerie – (Source)

(source: http://croah.fr)

Voici l’introduction de son travail :

Chers citoyens du monde, j’ai lu de nombreux articles sur Internet concernant votre sensibilisation ainsi que d’autres articles provenant d’autres sources concernant les victimes au Liberia et dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, suite à la dévastation humaine causée par le virus Ebola. Il y a une semaine environ, j’ai lu un article publié sur le site Internet des Amis du Liberia qui affirmait qu’il était communément admis que le début de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest avait été causé par le contact entre un enfant de deux ans et des chauve-souris en provenance du Congo. Ce rapport m’a beaucoup déconcerté concernant la couverture du phénomène Ebola, et m’a incité à répondre aux Amis du Liberia, en affirmant que le peuple africain n’est ni ignorant ni crédule, comme l’article le laissait entendre. Une réponse du Dr. Verlon Stone expliquait que l’article n’était pas d’eux, et que les Amis du Liberia ne faisaient que relayer un article. Il m’a alors demandé s’il pouvait publier ma lettre sur leur forum Internet. J’ai donné ma permission, mais je n’ai pas vu cet article être publié. En raison de l’étendue de l’épidémie, des pertes humaines, des craintes, des traumatismes physiologiques et du désespoir de la population du Liberia et des autres citoyens de l’Afrique de l’Ouest, il m’incombe d’apporter une contribution à la résolution de cette situation dévastatrice, qui pourrait se reproduire encore et encore si elle n’est pas affrontée de manière adéquate. Je vais traiter cette situation en cinq points.

Il a ensuite développé 5 points, dans le cadre de sa présentation de preuves, qui montrent que ces maladies ont été génétiquement modifiées dans le but de commettre un génocide en Afrique et de ravager un continent entier rempli de précieuses ressources.

Ses postulats principaux sont :

  1. L’Ebola est un organisme génétiquement modifié (OGM)
  2. L’Ebola possède un lourd passé, et des tests ont été secrètement réalisés en Afrique.
  3. Des sites en Afrique et en Afrique de l’Ouest ont été aménagés au cours des dernières années pour tester des maladies émergentes, dont l’Ebola.
  4. Le besoin d’action en justice pour obtenir des dédommagements suite aux injustices commises, aux décès, aux blessures et aux traumatismes imposés aux Libériens et aux autres Africains touchés par l’Ebola et d’autres agents viraux.
  5. Les leaders africains et les pays africains doivent prendre les devants pour protéger les bébés, les enfants, les femmes, les hommes et les personnes âgées d’Afrique. Ces citoyens ne méritent pas d’être utilisés comme des cobayes !

Son article peut être consulté ici (en anglais)

Nous vous remercions de partager le plus possible cet article. La possibilité que ces maladies ait été créées par des puissances occidentales est tout à fait plausible, puisque pendant des décennies, ils ont fomenté des guerres sans aucune préoccupation concernant l’éthique et la décence ; les preuves doivent être présentées et la vérité doit être révélée.

Traduit d’après l’article de Live Free Live Natural par Fabio Coelho pour Croah.fr

Si je vous passe cet article de notre ami le Veilleur, c'est parce que j'avais été informé de la chose par un ami de ma femme, qui est parti aider la Croix-Rouge à Haïti. Il nous expliquait que l'argent des dons ne sert pas beaucoup aux victimes, mais plus à payer les rutilants 4X4 Porsche Cayenne des membres de la Croix-Rouge, ainsi que leurs séjours dans des hôtels ***** (le plus cher de l'île). Bref, 90% des dons vont au fonctionnement même de la Croix-Rouge.

Rassurez-vous, de ce que je sais, certains organismes, comme le Secours catholique, semblent intègres, mais là encore, même si Chalouette a été bénévole chez eux, on ne connaît pas tous les rouages de la machine. Mais ne leur faisont pas de procès d'intention, ça semble clean, même vu de près...
; )

Avant que certains d'entre vous ne s'indignent à la simple lecture du titre, comprennez bien qu'il n'est pas question ici de tirer dans le dos de nombreux bénévoles persuadés d'œuvrer pour le bien de l'humanité dans un souci sincère d'améliorer le monde, mais de dénoncer une ONG, qui comme bien d'autres, est seulement interessée par le profit, même sur le dos des malheurs de l'humanité !

Comme le dit si bien Hélios : « On est loin des engagements humanistes d'Henri Dunant, fondateur de cet organisme devenu international par la convention de Genève en 1863. Cherchez où va l'argent... » Le veilleur

La Croix-Rouge « rackette » les catastrophes pour s'enrichir grâce aux malheurs des gens, spécialement avec des catastrophes totalement manigancées comme le 11 septembre. Les soi-disant « œuvres de bienfaisance » ne sont rien d'autre qu'un moyen de soutirer encore plus d'argent aux masses pour gonfler les caisses déjà débordantes des méga-riches.

La Croix-Rouge Internationale est une organisation-écran sous contrôle de l'élite dont le but réel est l'opposé exact de son but déclaré.

Au moment d'une catastrophe « naturelle » comme l'ouragan Katrina, le séisme d'Haïti ou le tsunami du Japon, la Croix-Rouge inonde les ondes d'annonces pour demander des dons. Avec une musique mélodramatique en arrière-plan, un annonceur nous dit que la Croix-Rouge est « toujours là quand on a besoin d'elle » et avec maintenant de pauvres victimes qui souffrent terriblement, « voudriez-vous s'il vous plaît ouvrir votre cœur et votre porte-monnaie ? »

Ces gens ont totalement maîtrisé la technique pour soutirer de l'argent aux masses naïves. Par exemple, la poussière provenant de l'écroulement du World Trade Center n'était pas encore retombée (littéralement) que la Croix-Rouge nous appelait à donner du sang et de l'argent pour aider les familles des victimes de l'attaque « terroriste ». Des milliers de gens ont donné leur sang et encore plus des millions de dollars à la Croix-Rouge. Peut-être qu'il aurait été pertinent de demander « du sang pour qui ? » Tout le monde était mort (il y a eu quelques blessés, relativement parlant) pourquoi donc la Croix-Rouge a-t-elle demandé de donner du sang jour et nuit pendant une semaine ou plus ?

Pour la plus grande partie, ils le gardent pour eux-mêmes comme le font une grande majorité d'œuvres de bienfaisance archi-connues. Les familles des victimes du 11 septembre ont dû harceler, s'acharner et menacer la Croix-Rouge pour tenter d'obtenir les 11 millions de dollars qu'ils ne voulaient pas lâcher pour les familles, un an au moins après l'événement - et on ne sait que ce qui a transpiré dans les médias, j'ai donc le sentiment que le chiffre réel était nettement plus élevé.

Le directoire de la Croix-Rouge et ses autres administrateurs reçoivent des salaires obscènes et d'énormes avantages en nature, provenant tous directement des contributeurs. À l'époque de la rédaction de cet article (2012, NdT), le salaire du président en exercice est de presque 700.000 dollars par an (523.700 €) et le revenu total de la Croix-Rouge présente un excédent de 3 milliards de dollars !

Katrina et le 11 septembre

En septembre 2005, Paul Joseph Watson et Alex Jones écrivaient,

« Pendant que les conséquences de l'ouragan Katrina continuent de provoquer des troubles et le chaos avec des compte-rendus de pillages, de fusillades, de viols et de meurtres, les médias des organes de l'Establishment font la promotion de la Croix-Rouge comme une louable organisation à laquelle il faut envoyer des dons. Le plus gros site web au monde, Yahoo.com, affiche un lien pour donner à la Croix-Rouge bien en évidence sur sa page d'accueil. À chaque fois que se produit une catastrophe majeure la Croix-Rouge et des organisations du même genre comme United Way reçoivent toute l'attention des médias alors que d'autres œuvres de bienfaisance sont laissées dans l'ombre. Nous ne voulons pas dire qu'une grande majorité des employés de la Croix-Rouge ne sont pas des gens décents qui veulent simplement aider ceux dans le besoin. »


En fait, la Croix-Rouge a été attrapée « la main dans le sac » à refuser de l'argent au lendemain de terribles catastrophes qui réclamaient des fonds immédiats. Au nom du « Liberty Fund » (Fonds Liberté de la Croix-Rouge américaine. Il s'agit d'une collecte spécifique que la Croix-Rouge a lancée à la suite des attentats de 2001, NdT) pour l'aide aux familles du 11 septembre, la Croix-Rouge a collecté 564 millions de dollars en dons dont seuls 150 millions ont été en réalité distribués.

La présidente de la Croix-Rouge d'alors, le Dr Bernadine Healy a proclamé avec arrogance :

« Le Liberty Fund est un fonds pour les guerres. Il a évolué en fonds de guerre. Nous devons anticiper les effusions de sang. Nous devons pouvoir aider nos troupes si nous entrons dans des affrontements au sol. Nous devons pouvoir aider les victimes de demain. » (Elle démissionna en décembre 2001 sous le feu des critiques et décéda en 2011.)

Le 3 janvier 2005, CNN publia :

« Les œuvres de bienfaisance se sont démenées après les attaques terroristes du 11 septembre, réunissant plus d'un milliard de dollars. Mais des questions sont soulevées sur le lieu, la manière et la quantité d'argent distribuée. C'est la présidente de la Croix-Rouge, le Dr Bernadine Healy qui en a fait les frais mardi pendant une audition devant le panel d'un comité de la Chambre des Représentants. Healy a été durement accusée par un officiel de New York pour la décision de la Croix-Rouge de mettre de côté presque la moitié de l'argent récolté pour de futurs besoins qui peuvent inclure des attaques terroristes. " Je vois que la Croix-Rouge, qui a collecté des centaines de millions de dollars prévus pour des dons publics à usage des victimes du 11 septembre - je vois que ces fonds ont été mis sous séquestre dans des plans à long terme" », a déclaré le procureur général de New York, Eliot Spitzer. »

Une corruption de longue date

La Croix-Rouge a en fait une longue et sordide histoire de vol de dons en espèces prévus pour les aides humanitaires des catastrophes. Suite au séisme désastreux de San Francisco en 1989, la Croix-Rouge n'a donné que 10 millions de dollars sur les 50 millions collectés et a gardé le reste.

De même, après l'explosion de la bombe d'Oklahoma City en 1995 et l'inondation de la Red River en 1997, une grande partie des dons ont été aussi gardés. En remontant jusqu'à la guerre de Corée, la Croix-Rouge récupérait les paquets humanitaires des soldats, les fameux « colis de la Croix-Rouge » envoyés par les familles.

La Croix-Rouge excelle dans l'art de voler l'argent et le courrier et a été prise sur le fait de nombreuses fois, mais on l'a autorisée à échapper aux sanctions, ou aux révélations car l'organisation est un très proche allié de l'élite avec laquelle elle est inextricablement liée. C'est sans doute une organisation dirigée par des gens appartenant à l'élite dont le but est de rassembler des renseignements et de voler l'argent aux pauvres, défavorisés et nécessiteux pour remplir ensuite les poches des riches.

Plusieurs œuvres de bienfaisance secondaires qui étaient impliquées dans le projet d'aide humanitaire après le tsunami de 2004 ont exprimé publiquement leur colère en disant que des œuvres de bienfaisance connues comme la Croix-Rouge et Oxfam s'étaient engagées secrètement dans des négociations qui ont résulté en un montant élevé de dons publics non distribués aux plus touchés de la catastrophe. (lire Red Cross Hasn't Spent $200 million Raised for S. Asian Tsunami - en anglais)

Le message ici devrait être clair pour tous. Ne donnez sous aucun prétexte d'argent aux grandes organisations charitables, sauf si vous voulez que votre argent aille bénéficier à l'expansion des empires de l'élite et à voir un état policier en développement rapide au coin de la rue. Trouvez des œuvres de bienfaisance plus petites et indépendantes que vous savez être fiables, et c'est à elles que vous enverrez vos dons.

Par John Hamer - Traduction par le Bistrot bar blog

Note de l'éditeur

Cet extrait d'un livre de John Hamer : "Falsification de l'Histoire : La distorsion de notre réalité" (2012), montre une image perturbante de la Croix-Rouge. Je soupçonne qu'il y aurait bien d'autres choses à révéler sur cette équipe

Commentaires et témoignages de lecteurs

« Mon père a été tué dans un accident avant ma naissance mais il a passé du temps sur le front pendant la 1re Guerre mondiale. Ma mère m'a dit qu'il n'avait pas de compliments à faire sur la Croix-Rouge. Cela dit, oui, ils étaient juste derrière le front, mais ils VENDAIENT les tasses de café aux soldats du front. »

« J'ai travaillé de 1999 à 2009 pour la Croix-Rouge en Allemagne. Mon patron était millionnaire et un fieffé menteur. Il est important que les gens comprennent comment ils sont manipulés pour donner leurs sous durement gagnés à des millionnaires qui utilisent des façades comme « United Way » et l'Unicef. Il est suggéré que vous n'avez pas de cœur si vous ne donnez pas copieusement à ces racketteurs criminels. Si vous voulez aider quelqu'un, faites-le directement. »

« Concernant la Croix-Rouge : je connais quelqu'un au Sierra Leone. Des gens ont un jour arrêté un camion de la Croix-Rouge dans l'espoir de trouver à manger. À leur grande surprise, il n'y avait pas de nourriture, le camion était rempli d'armes diverses et de fusils. »

La Croix-Rouge américaine est accusée de n'avoir reconstruit que six habitations en dur cinq ans après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti.

Accusée de n'avoir reconstruit que six habitations en dur cinq ans après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti, malgré quelque 500 millions de dollars de dons récoltés, la Croix-Rouge américaine tente de défendre son bilan, en expliquant notamment avoir surtout eu recours à des aides au logement.

Le site internet d'investigation new-yorkais ProPublica et la chaîne de radio publique américaine NPR ont présenté cette semaine un rapport qui accuse l'organisation humanitaire d'avoir gaspillé l'argent donné par une mauvaise gestion et en ayant trop souvent fait appel à des travailleurs humanitaires étrangers ne parlant par le français ou le créole.

De son côté, la Fondation Thomson Reuters a appris que la Croix-Rouge avait dépensé au moins 17% des fonds collectés pour Haïti en frais de fonctionnement alors que la Croix-Rouge américaine et la Croix-Rouge internationale affirment que pour un dollar récolté, 91 cents doivent être consacrés à la mission humanitaire. Elle affirme avoir aidé des millions d'HaïtiensLa Croix-Rouge américaine estime que les informations publiées par la presse américaine sont « inexactes » et doivent être remises dans « leur contexte ». Elle affirme que son travail à Haïti a aidé des millions d'Haïtiens. « Malgré des conditions particulièrement difficiles, notamment des changements de gouvernement, le manque de terrain pour la construction de logements et les troubles civils, notre personnel qui travaille dur, et qui est à 90% constitué d'Haïtiens, continue à répondre aux besoins à long terme du peuple haïtien », déclare l'Organisation non gouvernementale (ONG) dans un communiqué publié sur son site internet.

« Et si les choses ne progressent jamais à un rythme aussi rapide que nous le souhaiterions, Haïti va mieux aujourd'hui qu'il y a cinq ans. » Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a fait plus de 220.000 morts et 1,5 million de déplacés.La Croix-Rouge américaine réfuteLa Croix-Rouge affirme que les dons ont permis de construire huit hôpitaux et cliniques, d'endiguer une épidémie de choléra, de fournir de l'eau potable et des installations sanitaires, de réparer des routes et des écoles et de reloger 130.000 personnes qui avaient dû s'abriter dans des tentes et autres abris de fortune après le séisme.

Les journalistes de ProPublica et de NPR soutiennent que leur travail d'enquête, qui se base sur diverses informations, dont des courriels confidentiels de hauts dirigeants, leur permet de dire que seulement six habitations en dur ont été construites à Haïti en cinq ans.

La Croix-Rouge répond qu'elle a utilisé d'autres méthodes pour améliorer la vie quotidienne des sinistrés. « Quand il n'y avait pas de terrains disponibles pour de nouveaux logements, la Croix-Rouge a fourni une série de solutions en la matière, notamment des aides à la location, la réparation et la modernisation des structures existantes, tenant ainsi notre promesse de reloger des dizaines de milliers d'Haïtiens », explique l'ONG.Une hausse des frais générauxElle a refusé de répondre à tout autre question de la Fondation Thomson Reuters et précise dans une note accompagnant son communiqué que la manière la plus rapide et la plus efficace est de distribuer des aides permettant de payer les loyers.

Un de ces programmes d'aide à la location (six millions de dollars) est géré par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FISCR), basée à Genève, et cela augmente les frais généraux, explique l'ONG.

Si la Croix-Rouge américaine assure que 91% des dons vont à l'aide humanitaire, la FISCR a expliqué à la fondation Thomson Reuters que quand elle gère elle-même un programme, elle facture 6,5% supplémentaires localement pour couvrir les frais administratifs, de télécoms et autres coûts d'exploitation.

La FISCR n'a pu fournir de précisions sur ce qu'elle avait facturé en plus pour gérer ce programme de subvention de six millions de dollars. Dans son rapport sur cinq ans sur l'aide à Haïti, elle dit qu'en moyenne 17% sont dépensés en « soutien et coordination des programmes ».

Partager cet article

Repost 0