Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La sorciére juive et sioniste veut détruire la jeunesse algérienne en l'éloignant du Coran et de l'islam un atout majeur dans l'éducation morale et spirituelle de chaque musulman elle veut enseigner la darja alors que la darja varie en fonctions des régions et des villages voir des familles ce sont des dialectes tel des codes.De plus ils veulent généraliser l'Amazir ou la langue berbère dans l'optique de diviser l'Algérie et de créer des guerres civiles nouvelles pour maintenir la domination coloniale de la France et des sionistes! Au lieu d'apprendre a nos jeunes des langues utiles pour leur avenir trouver un emploi ou faire du commerce comme le chinois ou l'hindoux on veut noyer les enfants dans des apprentissages dans des dialectes imprécis qui ne sont ni utiles en ce monde sur le plan professionel ou financier ni sur le plan spirituel comme la langue arabe! Donc ce qui compte pour les harkis du clan d'oujda c'est de maintenir le peuple algérien dans un carcan afin de l'isoler du monde et que la seule fenêtre sur le monde soit la langue française et le français alors que la FRance traite tel des chiens les algériens et n'acceuille que 20000 étudiants algériens dont beaucoup se suicident car ne pouvant pas travailler en France et ainsi obtenir un titre de séjour permanent!

Polémique sur la darja: "Les experts de Benghebrit ont piétiné la constitution", selon l'UNPEF

Rédaction du HuffPost Algérie

Publication: 09/08/2015 16h57 CEST Mis à jour: il y a 5 heures

Enseigner en Darja (dialectal) dans le préscolaire et durant les deux premières années de l'école primaire est "un viol de la Constitution" a déclaré M. Al Sadek Dziri, président de l'union nationale des travailleurs de l’éducation et de la formation (UNPEF) qui estime que cette "trouvaille" des "experts" de Benghebrit" cache mal "une lutte idéologique".

De Annaba où il animait la conférence d'ouverture de l'université d'été de son syndicat, M. Dziri n'a pas caché son opposition ferme à cette entreprise en gestation. Selon lui, la ministre dans "sa volonté de mener à terme les réformes a pris une décision précipitée en se basant, selon ses dires, sur des rapports d'experts".

"Ces experts auraient dû conseiller la ministre de renforcer l'apprentissage de la langue amazigh et lui suggérer d'adopter l'anglais, langue universelle, comme première langue étrangère pour accéder aux sciences et aux technologies" a déclaré M. Dziri, selon le quotidien arabophone El Kahabar .

A moins, a-t-il ajouté que "ces experts n'aient cédé à leurs arrières pensées et aux luttes idéologiques. Ce qui est un précédent extrêmement grave".

Le président de l'UNPEF n'a pas caché son courroux. "Il est inadmissible qu'après 50 ans d'indépendance, on réussisse là où la France a échoué: combattre l'arabe et régresser davantage".

En marge de la conférence le président de l'UNPEF a appelé la ministre à reconsidérer en soulignant que son syndicat n'hésitera pas à défendre tout ce qui peut porter atteinte à l'un des segments de notre identité notamment la langue arabe.

Le président de l'UNPEF en a appelé à une intervention du chef de l'Etat pour "mettre fin à cette mascarade".

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :